Greffe de cheveux : Tout comprendre sur cette opération

Le moyen le plus sûr pour retrouver des cheveux en cas de calvitie est la greffe de cheveux. Le but de cette pratique est de prélever des cheveux dans une zone dite « donneuse » afin de les planter au niveau des zones qui en sont dégarnies. Pour bien comprendre la greffe de cheveux, il est important de chercher à en savoir plus sur la calvitie. Il s’agit d’un phénomène irrémédiable qui se manifeste généralement aux alentours de la quarantaine, même si ses signes peuvent être visibles plus tôt chez certaines personnes.

La calvitie est souvent d’origine héréditaire et se transmet donc de génération en génération. Il est aussi possible qu’elle ait une origine hormonale ou qu’elle soit la conséquence d’un dysfonctionnement de la glande thyroïde chez les femmes notamment. Notez aussi que la chute de cheveux est parfois un effet secondaire lié à la prise d’un médicament. Dans tous les cas, avec de la greffe de cheveux, on peut retrouver une belle chevelure. C’est au début des années 1930 que les premières expériences relatives à cette chirurgie de cheveux ont été effectuées au Japon. Aux Etats-Unis, c’est au cours des années 1950 que les travaux de recherche sur la greffe de cheveux ont démarré. Aujourd’hui, deux techniques sont couramment mises en pratique.

La greffe de cheveux par la technique de la bandelette

Lorsqu’un patient prend rendez-vous avec un spécialiste pour signifier son désir de se faire une greffe de cheveux, une analyse de sa calvitie est faite. Si les zones dégarnies sont importantes, la technique de la bandelette ou FUT est généralement proposée. Par celle-ci, une bande entière de cuir chevelu est prélevée. Le praticien y récupère des greffons qu’il réimplante dans la zone receveuse. Il le fait en suivant un angle précis, ce qui lui permet d’obtenir un résultat naturel.

Notez que la FUT est la première technique de greffe de cheveux à donner des résultats satisfaisants dans le traitement de l’alopécie. Elle est parfaitement maitrisée par les praticiens et les risques d’échecs sont quasiment inexistants. Mais il faut absolument s’adresser à un spécialiste pour sa mise en œuvre.

La technique de greffe FUE

Méthode de greffe de cheveux assez récente, la FUE ou unités d’extraction folliculaires est indiquée pour couvrir les petites alopécies. Dans le cadre de cette technique, le praticien ne procède pas par excision de la peau. L’opération consiste à prélever les greffons sur le crâne avec leurs racines et les réimplante dans les zones dégarnies. Des unités folliculaires sont extraites et chacune peut contenir 3 ou 4 cheveux en fonction de la pousse de la zone donneuse. La manipulation étant manuelle, cette greffe capillaire prend du temps. Précisément, le praticien se sert d’une pince pour effectuer le prélèvement de ces unités folliculaires. Il fait l’opération avec minutie pour que la réimplantation des cheveux soit parfaite. Une séance peut durer jusqu’à 6 heures de temps. L’un des avantages de ce procédé est le fait qu’il ne soit pas nécessaire de faire des sutures. Et cela n’empêche pas une cicatrisation rapide. Suite à une greffe de cheveux par la FUE, le patient regagne son domicile avec un bandage qu’il est possible de retirer dès le lendemain. En général, cette méthode est indolore et sans cicatrice. Mais certains patients peuvent se plaindre de légères douleurs qu’un antalgique et un anti-inflammatoire permettent de faire disparaitre efficacement.

Implant capillaire : est-ce une solution à portée de tous ?

Aujourd’hui, après les avancées notables obtenues dans le domaine de la greffe des cheveux en général, cette chirurgie  esthétique est considérée comme sûre. Mais quelle que soit la méthode choisie, il est extrêmement important de contacter un chirurgien spécialisé et expérimenté. Après une séance, que ce soit par la technique de la bandelette ou de la FUE, on note quelques effets indésirables, comme un engourdissement, un gonflement des zones traitées et l’apparition de croûtes. Toutefois, ils sont généralement de courte durée. Mais ce ne sont pas ces désagréments qui font que certaines personnes hésitent à  faire une greffe de cheveux. Ce qui fait qu’elles redoutent cette chirurgie est son coût. En effet, recourir à la greffe capillaire impose un investissement qui peut être lourd. En France, beaucoup de patients trouvent que les prix fixés sont excessifs et préfèrent se rendre dans d’autres pays pour se faire traiter, comme la Turquie, la Pologne, le Portugal et l’Espagne. Le problème est que dans certaines cliniques de ces nations où le prix d’une greffe de cheveux est bas, la qualité n’est pas toujours au rendez-vous !

On retient que le résultat esthétique obtenu et la technicité dont font preuve les praticiens justifient le prix élevé de la séance de greffe de cheveux.

Publicités